Appel à communications : Res per nomen 6 – Les catégories abstraites et la référence

Les catégories abstraites et la référence

Les colloques Res per nomen sont traditionnellement consacrés à l’un ou l’autre aspect de la référence, c’est-à-dire le lien nécessaire entre la langue et notre expérience commune et individuelle du monde. Res per nomen 6 sera consacré à la question de la catégorie, en particulier celle des catégories abstraites. On distingue traditionnellement trois grandes approches de la catégorie : la plus intuitive, et la plus ancienne, puisqu’elle remonte à l’Antiquité, et qu’on peut qualifier de réaliste ou de logique, veut que les catégories soient les noms d’ensembles d’objets qui existent dans la nature, par exemple les arbres ou les poissons. L’appartenance d’un objet à une catégorie se fait alors en termes de conditions nécessaires et suffisantes. Les problèmes de cette approche sont très nombreux, notamment ontologiques (quelle est la nature mondaine de la catégorie ?) et fonctionnels (comment décider si les palmiers sont des arbres ou les baleines des poissons ?). Elle a été concurrencée au cours de la seconde moitié du XXème par une approche plus cognitive selon laquelle les catégories sont des concepts présents dans nos cerveaux soit par nature, soit par apprentissage, soit par une combinaison des deux, et que nous projetons sur le monde : si la baleine peut être rangée dans la catégorie des poissons, c’est qu’elle leur ressemble beaucoup. Pour la troisième approche, l’approche nominaliste, la catégorie n’existe pas dans l’univers, lequel ne comprend que des occurrences individuelles d’objets. La catégorie est alors une construction métalinguistique à partir d’un usage particulier des dénominations, celui qui nous permet de donner un même nom à des objets qui se ressemblent de quelque manière et de les regrouper ainsi dans une catégorie.

Si les problèmes sont vastes en ce qui concerne la catégorisation des objets réels, ils le sont encore plus pour les objets abstraits : à quoi font référence des mots comme beauté, vérité, amour, ou liberté ? C’est cette question que Res per nomen 6 entend étudier, comme à l’accoutumée, à partir de points de vues linguistiques et/ou philosophiques. La plupart des théories abordent la question des catégories abstraites comme une sorte d’extension de la problématique des catégorisations concrètes, mais sans forcément convaincre. Peut-être est-ce le moment de faire le point, et c’est pourquoi toutes les approches seront les bienvenues pourvu qu’elles placent au centre de leur réflexion la question de la référence des catégories abstraites.

Informations utiles pour le colloque : http://www.res-per-nomen.org/respernomen/colloque-2017/Accueil-2017.html

Comments are closed.