DiCoPop

baniere.jpg

DiCoPop Université de Montréal

Navigation dans le DiCoPop :
guide d’utilisation

Grâce au DiCoPop, on dispose de deux modes de navigation dans les données
de la base DiCo: une navigation séquentielle classique dans la liste des lexies
ordonnées alphabétiquement et une navigation hiérarchique plus novatrice, qui se base
sur la hiérarchie des étiquettes sémantiques.

Ces deux types de navigation sont décrits ci-dessous.

Navigation dans la nomenclature

fig_liste_lexies.png
Fig. 1 — Énumération des lexies

Les lexies sont placées dans un tableau, en ordre alphabétique,
accompagnées de leur étiquette sémantique (figure 1).

Un simple clic sur un nom de lexie permet de consulter la liste des
exemples illustratifs de son article.

Navigation au moyen de la hiérarchie des étiquettes sémantiques

Dans l’arbre de navigation, chaque nom d’étiquette sémantique qui possède
au moins une étiquette fille peut être soit en position fermée (▶) soit en
position ouverte (▼). En position fermée la descendance de l’étiquette
n’apparaît pas; en position ouverte, toutes les étiquettes filles sont
affichées. Pour ouvrir ou fermer une étiquette, il suffit de cliquer sur le
triangle noir. Noter qu’une étiquette qui ne possède pas de fille est
précédée d’un triangle vide (▷). (figure 3)

fig_branche_fermee.png
Fig. 2 — Survol d’une lexie

De plus, on peut cliquer directement sur le nom d’étiquette (au lieu de
cliquer sur le triangle). Deux cas de figure se présentent. Premièrement, si
l’étiquette est en position fermée (▶), toutes les lexies étiquetées soit
par cette étiquette soit par sa descendance seront affichées. En positionnant
le pointeur sur une lexie, on fait apparaître une info-bulle indiquant son
étiquette propre (figure 2). Deuxièmement, si
l’étiquette est en position ouverte (▼), ne s’affichent que les lexies
qui lui sont directement associées.

fig_branche_ouverte.png
Fig. 3 — Clic sur une étiquette ouverte

Le nombre entre crochets [ ] à droite d’une étiquette sémantique
E indique le nombre total de lexies étiquetées soit par E soit
par une étiquette de sa descendance. En positionnant le

pointeur sur E, on obtient plus de détails : nombre de lexies propres
à E + nombre de lexies étiquetées par sa descendance. (figure 3)

fig_disposition.png
Fig. 4 — Disposition de la hiérarchie

Finalement, notons que pour optimiser l’espace disponible dans la fenêtre du
navigateur, la disposition de la racine ‘quelque chose’ et de ses deux
sous-arbres enfants ‘entité’ et ‘fait’ a été contrôlée : la racine est
affichée en haut et les deux sous-arbres sont placés côte à côte en dessous.
(figure 4)

fig_graphe.png
Fig. 5 — Graphe réel des étiquettes sém.
fig_arbre.png
Fig. 6 — Arborescence des étiquettes sém.

Remarque sur l’encodage de la hiérarchie
Dans la hiérarchie des étiquettes sémantiques, une même étiquette peut
être dépendante de plusieurs étiquettes mères (figure 5).
Le système de navigation utilise cependant une arborescence stricte. Cela a
pour conséquence que, dans la représentation arborescente, la même étiquette
peut apparaître à plusieurs endroits (figure 6).

Il existe deux cas particuliers d’étiquettes, présentées de façon
spéciale dans l’arbre de navigation.

1. Étiquettes à « forte densité lexicale »

fig_champ.png
Fig. 7 — Champs sémantiques

Il s’agit d’étiquettes qui occupent une position stratégique dans la
hiérarchie parce qu’elles identifient des champs sémantiques importants du
français (‘acte de communication’, ‘sentiment’, etc.). Ces étiquettes
apparaissent en gras dans l’arbre de navigation (figure 7).

2. Étiquettes dérivées de leur étiquette mère

fig_derivation.png
Fig. 8 — Dérivations sémantiques

Rappelons que, par défaut, une étiquette E2 correpond à une
particularisation sémantique de son étiquette mère E1
(‘film’ ← ‘création’, ‘sentiment’ ← ‘état psychique’,
etc.). Une étiquette dérivée, elle, est l’équivalent dans une autre partie
du discours de son étiquette mère (‘dire qqch.’ ← ‘communication
langagière’, ‘éprouver un sentiment’ ←’ sentiment’, etc.). Dans
certain cas, il peut exister un écart sémantique, en plus du changement de
partie du discours, comme par exemple avec ‘dans un certain état
d’esprit’ ←  ‘état d’esprit’. Les relations qu’entretiennent ces
étiquettes spéciales avec leur mère correspondent à des dérivations
sémantiques
, que l’on encode en Lexicologie Explicative et
Combinatoire
au moyen de fonctions lexicales. Les étiquettes
dérivées sont précédées du symbole et
suivies du nom de fonction lexicale les caractérisant, comme dans la
(figure 8).

Voici la signification des noms de fonctions lexicales actuellement
disponibles
dans la hiérarchie pour l’encodage des étiquettes dérivées :

V0 : équivalent verbal de l’étiquette mère;
A0 : équivalent adjectival de l’étiquette mère;
A1 : dérivé adjectival caractérisant le premier participant de la situation
dénotée par l’étiquette mère, comme dans le cas de ‘dans un certain état
d’esprit’ mentionné ci-dessus;
A2 : dérivé adjectival caractérisant le deuxième participant de la
situation dénotée par l’étiquette mère — pas d’exemple pour l’instant dans la
hiérarchie;
A2Manif : dérivé adjectival caractérisant le deuxième participant de la
manifestation de la situation dénotée par l’étiquette mère, comme dans le cas
de ‘qui est la manifestation d’un sentiment’ ← ‘sentiment’;
S1 : dérivé nominal caractérisant le premier participant de la situation
dénotée par l’étiquette mère, comme dans le cas de ‘fait qui empêche
qqch.’ ← ‘fait d’empêcher qqch.’ — noter que l’on n’a pas ici de changement de
partie du discours.