Lexique scientifique transdisciplinaire

Nomenclature

Résultats français
mémoire (nom)
Sens 1 : Écrit sommaire exposant des faits, des idées ou une requête. [Source : Antidote]
Équivalent(s) : paper:1
Contextes
  • En témoigne le nombre important de plaintes des indigènes et les rapports des commissions d'enquête, de même que les lettres, notes et mémoires adressés à ce sujet au pouvoir impérial par les fonctionnaires, les voyageurs et les explorateurs de la Sibérie.
  • Dans les dernières années de l'Ancien Régime, le Parlement de Paris était lui aussi destinataire de plusieurs mémoires rendus par le lieutenant général de police.
  • Cela illustre les propos de Danielle HERVIEU LEGER, qui écrivait dans Autre Temps : « Dans l'univers atomisé du croire moderne, les traditions religieuses historiques tendent à fonctionner comme des réservoirs de symboles et comme des dépôts de mémoire, à la libre disposition des individus et des groupes ».
Sens 2 : Capacité d'une personne d'emmagasiner, de conserver et de récupérer les représentations de faits ou d'entités perçues. [Source : Antidote]
Équivalent(s) : memory:1
Contextes
  • Effacé de la mémoire et de l'histoire, le métayer basque est un personnage largement ignoré, occulté par le stéréotype du petit propriétaire indépendant.
  • Parallèlement à la perte de la mémoire, il fait obstacle à la mobilisation imaginaire du passé pour l'invention de l'avenir, aussi bien dans la tradition que dans l'utopie.
  • Le souvenir de la source d'acquisition des informations est un élément central dans la compréhension de la mémoire épisodique en général et des fausses reconnaissances en particulier.
Sens 3 : Exposé scientifique ou littéraire adressé à une société savante en vue d'un examen ou d'une communication. [Source : Antidote]
Équivalent(s) : paper:2, dissertation:1
Contextes
  • Le premier mémoire portant sur les effets thermiques associés à l'immersion d'un solide, et à son mouillage par un liquide, date en effet des débuts du siècle dernier, et est dû à Pouillet [1].
  • M. Diab (1989) a particulièrement bien décrit ce phénomène dans son mémoire de DEAen montrant en quoi le sentiment d'écrasement résulte de l'accumulation d'événements relativement anodins et bénins, ou qui le seraient en tout cas dans une situation sociale stable, événements prenant une proportion de catastrophe parce qu'ils touchent un sujet déjà fort fragilisé par les périodes déstructurantes antérieures.
  • Dans son mémoire sur la Russie au temps du tsar Aleksej Mikhajlovië, Grigorij Kotosikhin estima à environ six cent mille roubles par an les rentrées du yasak obtenues sur toute la Sibérie.